Les Lettres d’un séjour en Provence, Séminaire Breathplay – Février 2005

Le séjour d’une équipe de choc pendant la 3ème semaine de Février 2005…
Samedi 19 Février: La découverte d’une région.
Une partie du groupe est arrivée en fin de matinée, le voyage en voiture a laissé des traces après un départ d’Auvergne sous la neige et sur des routes verglacées.
La sortie de ce samedi est donc consacrée au tourisme à vélo pour une petite boucle de 45 kms dans les Alpilles, en passant par les Baux de Provence, l’Acqueduc Romain de Barbegal et le Moulin de Daudet à Fontvieille.
Pour anecdote, ce sera la seule sortie cycliste en extérieur de Ian, qui entend se consacrer désormais à l’enseignement quotidien de BreathPlay.

Dimanche 20 Février: Le passage des pros.
La Classic Haribo sera dans le secteur en fin de matinée, à 10 heures 30, l’heure du départ (qui sera la même chaque jour de la semaine), le mistral fait une première démonstration de sa présence, Serge et Bernard se sont joints au groupe, et vent arrière, puis louvoyant entre vergers et oliveraies, nous sommes allés nous poster à quelques encablures du sommet du Val d’enfer, nous protégeant du vent le mieux possible, n’échappant pas à quelques frissons à l’heure du passage des pros, qui nous ont laissé entrevoir de manière fugace que bien qu’utilisant le même moyen de locomotion, notre sport semble ne pas avoir des repères identiques…

Nous nous consolons en effectuant la descente à bloc, vent de face et complètement frigorifiés, puis nous rentrons par des chemins détournés après 80 bornes d’aération!
Patricia et Evelyne sont déjà sur les rouleaux…

Lundi 21 Février: Les côteaux Gardois.

Philippe (Le Lutin) est rentré du Pays Basque dans le courant de la nuit, les jeunes dont il s’occupe ont terminé leur période de préparation sur la côte Atlantique, Philippe Andoque est arrivé de Genève et se joint également au groupe.
A 10 heures 30, comme de coutume, nous prenons la direction du nord selon une habitude usuelle, le principe étant de remonter au vent le plus loin possible, navigateurs et cyclistes ayant en commun un goût immodéré pour les vents portants. Nous traversons ainsi d’autres contrées dont les noms et les appelations sonnent bon la Provence, Barbentane et son château du 14ème, le célèbre Pont d’Aramon, le plateau de Rochefort du Gard, Estezargues et sa cave coopérative où nous reviendrons faire quelques achats utiles, Le barrage de Vallabrègues, Tarascon et le château du roi René hanté par l’esprit de Tartarin.
Retour au bercail à 50 à l’heure après 4 heures toniques et (toujours) rafraichissantes.
La fin d’après midi fut le théatre d’une expérience inédite à l’occasion de la première séance de H.T avec BreathPlay en vélo couché, où Serge a démontré une réelle technique de spécialiste.

Mardi 22 Février: Escapade en Luberon.

Il est des belles régions comme des bons vins, leur réputation les précède et il arrive que des conditions non conformes ne permettent pas une appréciation optimum de leur caractère ou de leurs attraits, cette journée en Luberon ne décevra personne.
A l’heure prévue, les sur-chaussures et les gants d’hiver sont bien ajustés et la petite troupe prend la route de L’Isle sur la Sorgue toujours pimpante, véritable salon d’antiquaires et de curiosités. La montée de Saint Antoine est bien la première occasion que nous ayons de laisser tomber la chaine sur le petit plateau, au sommet la vue agrandie sur le Mont Ventoux enneigé réveille quelques souvenirs ou attise quelques projets.
Le vieux village de La Roque sur Pernes qui précède Saumane et Fontaine de Vaucluse, apportent un attrait complémentaire résolument authentique. La montée du mur de Fontaine de Vaucluse et ses pourcentages à 15%, ne modifiera pas les données de cette véritable journée de vélo loisirs.
Retour par Cavaillon toujours encombrée et Eygalières au charme ravageur.
Encore 4 heures au compteur, tout le monde est joyeux, partout ailleurs la neige empèche les cyclistes de rouler…
Mercredi 23 Février: Alpilles célestes.
Le mercredi est jour de marché à Saint Rémy, il apparait donc logique de transférer la sortie quotidienne aux premières heures de l’après-midi, idée salutaire pour quelques organismes fatigués et qui laisse la place à un programme Indoor amélioré où Ian tentera ses ‘tours de magie’ légendaires.
Le programme allégé de 70 kms est avalé en 2 heures 30, sous les prémices d’un vent plus calme. Saint Etienne du Grès, Fontvieille, Maussane, Mouriès, Aureille et Molleges, autant de villages typiques ont vu passer la petite troupe, toujours d’hiver vêtue.
Plus tard dans l’après-midi, Philippe (Le Lutin) s’est initié à BreathPlay en compagnie d’un Ian extrêmement appliqué et Philippe (Andoque) a pu coller sa pratique à celles de Claude et d’André, dans un climat des plus amicaux.

Jeudi 24 Février: Cyclistes sur le pont.
Monument incontournable de la région, le Pont du Gard est la destination première de cette nouvelle journée Gardoise. Le Lutin se promène littéralement sur ces routes qui serpentent au milieu des vignobles, réglant l’allure du groupe en véritable métronome. Le gigantisme du Pont Romain est impressionant, un véritable spectacle totalement déserté par les autocars de touristes habituels, nous le traversons à la parade, puis après la désertion des déambulateurs (Claude, Evelyne et Patricia) à mi parcours, nous reprenons notre itinéraire de côteaux et de vallons.

Aujourd’hui nous avons dépassé les 4 heures de route, le programme de cette semaine est dense, ni H.T ni BreathPlay pour terminer l’après midi, la cave d ‘Estezargues a les faveurs
du groupe et cette entorse à la diététique sportive est plutôt sympathique (pas vrai Claude?).

Vendredi 25 Février: Vidauque et le Sud Luberon.
Bien que le Ventoux soit le témoin de nos périgrinations hivernales, il n’est pas possible de tenter son ascension, sommet enneigé et températures glaciales sont des éléments dissuasifs incontournables.
Soit, Vidauque s’impose comme un substitut de choix et l’effet produit s’avère être à la hauteur de nos espérances. Les braquets de haute montagne sont indispensables, il nous arrive d’avoir … chaud dans cette montée damnée, la Route des Cèdres prend sa trace au sommet, direction plein Est à 850 m d’altitude, vent légèrement favorable, nous filons vers Bonnieux sans nous retourner, l’air est vif et les réserves en calories s’épuisent vite. La descente sur Bonnieux est interminable, la paysage est grandiose et le Ventoux rigole au loin…
Ménerbes, Oppède, Maubec, Cavaillon, Molleges et Saint Rémy, on rentre au taquet après plus de 4 heures, Bernard rallonge et se ramasse l’hypo du mois.
Difficile journée à laquelle ont échappé Philippe Andoque rentré en Suisse, Claude et Evelyne partis cueillir du thym sur les crêtes des Alpilles.

Samedi 26 Février: Dans l’esprit de Daudet.
Les comptes ont été faits au diner d’hier soir, les compteurs oscillent entre 600 et 700 kms, plus quelques heures de H.T/BreathPlay, chacun s’estime satisfait d’un programme qui n’a subi aucun contre temps par des conditions météo défavorables. Bernard a déjà repris la route du nord, Il est donc convenu que la sortie du jour soit un périple dans les Alpilles au rythme des Lettres de mon moulin.

Le principe est bon, le dernier jour est un acte de confort.
Après 2 heures 30 sur les routes, un dernier passage à Fontvieille, Maussane et Eygalières permet à chacun de constater les bienfaits d’une semaine tonique et amicale.

Merci à Marie, Lutin (PLP) et Ian.
Spéciale dédicace au renard et à la belette.

Patrick François. 27 février 2005.

Le JDC. Droits réservés.
Photos JDC.

CPT.com

Droits réservés.